LOI n° 2008-1443 du 30 décembre 2008 de finances rectificative pour 2008 (1)

Dernière mise à jour des données de ce texte : 30 décembre 2019

NOR : BCFX0826279L

JORF n°0304 du 31 décembre 2008

ChronoLégi
Version en vigueur au 01 janvier 2009
Naviguer dans le sommaire

L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Vu la décision du Conseil constitutionnel n° 2008-574 DC du 29 décembre 2008 ;

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

          • I. ― Pour 2008, les fractions de tarif de la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers mentionnées au premier alinéa du I de l'article 40 de la loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005 de finances pour 2006 sont fixées comme suit :

            (En euros)

            RÉGIONS

            GAZOLE

            SUPERCARBURANT

            sans plomb

            Alsace

            4, 53

            6, 40

            Aquitaine

            4, 00

            5, 66

            Auvergne

            4, 87

            6, 90

            Bourgogne

            3, 87

            5, 49

            Bretagne

            4, 27

            6, 03

            Centre

            3, 80

            5, 38

            Champagne-Ardenne

            4, 34

            6, 15

            Corse

            4, 94

            6, 99

            Franche-Comté

            5, 32

            7, 54

            Ile-de-France

            11, 33

            16, 01

            Languedoc-Roussillon

            3, 93

            5, 56

            Limousin

            7, 37

            10, 42

            Lorraine

            4, 54

            6, 43

            Midi-Pyrénées

            4, 46

            6, 31

            Nord-Pas-de-Calais

            6, 44

            9, 12

            Basse-Normandie

            4, 68

            6, 61

            Haute-Normandie

            4, 80

            6, 79

            Pays de la Loire

            3, 81

            5, 38

            Picardie

            4, 83

            6, 83

            Poitou-Charentes

            3, 98

            5, 64

            Provence-Alpes-Côte d'Azur

            3, 61

            5, 12

            Rhône-Alpes

            3, 89

            5, 51

            II. ― Il est versé en 2008 à la région Alsace un montant de 3 223 634 € au titre de la compensation, pour la période 1999-2008, des charges de personnel résultant du transfert aux régions de la compétence en matière de formation professionnelle continue des jeunes de moins de vingt-six ans en application de l'article 49 de la loi n° 93-1313 du 20 décembre 1993 quinquennale relative au travail, à l'emploi et à la formation professionnelle.

            III. ― 1. Il est prélevé en 2008, au titre de l'ajustement du montant du droit à compensation pour les exercices 2005, 2006, 2007 et 2008 relatif au transfert des aides aux étudiants des écoles et instituts de formation des professions paramédicales et de sages-femmes en application des articles L. 4151-8 et L. 4383-4 du code de la santé publique, un montant de 661 587 € sur le produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers versé aux régions Alsace, Auvergne, Franche-Comté et Pays de la Loire en application de l'article 40 de la loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005 précitée.

            2. Il est versé en 2008 à la collectivité territoriale de Corse et aux régions de métropole, à l'exception de l'Alsace, de l'Auvergne, de la Franche-Comté et des Pays de la Loire, au titre du transfert des aides aux étudiants des écoles et instituts de formation des professions paramédicales et de sages-femmes en application des articles L. 4151-8 et L. 4383-4 du code de la santé publique, un montant de 26 263 465 € relatif aux exercices 2005, 2006, 2007 et 2008.

            3. Il est versé en 2008 à la collectivité territoriale de Corse et aux régions de métropole, à l'exception des régions Alsace, Languedoc-Roussillon, Pays de la Loire, Picardie et Poitou-Charentes, au titre du transfert des aides aux étudiants des formations des travailleurs sociaux en application de l'article L. 451-3 du code de l'action sociale et des familles, un montant de 9 343 865 € relatif aux exercices 2005, 2006, 2007 et 2008.

            4. Il est versé en 2008 aux régions de métropole, en application de l'article 95 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, un montant de 336 900 € correspondant à la compensation, au titre des charges de fonctionnement, du coût des licences de l'Institut géographique national et des serveurs informatiques qui sont nécessaires à l'exercice de la compétence relative à l'inventaire général du patrimoine culturel.

            5. Il est versé en 2008 aux régions Bretagne, Limousin, Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d'Azur un montant de 281 583 € au titre de l'ajustement de la compensation versée en 2007, résultant du transfert des agents non titulaires du ministère de l'agriculture et de la pêche en application des articles 82 et 110 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée.

            6. Il est versé en 2008 à chacune des régions Bretagne et Haute-Normandie, en application de l'article 82 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée, une somme de 8 413 € au titre de la compensation des postes devenus vacants en 2007 et qui participent à l'exercice des compétences transférées dans le domaine des lycées maritimes.

            7. Il est versé en 2008 aux régions, au titre de la gestion 2008 et en application des articles 82 et 119 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée, un montant de 14 593 903 € correspondant à l'ajustement de la provision inscrite dans la loi n° 2007-1822 du 24 décembre 2007 de finances pour 2008 pour la compensation au titre, d'une part, des postes d'agents techniciens, ouvriers et de service (TOS) et de gestionnaires de TOS du ministère de l'éducation nationale devenus vacants en 2007 et, d'autre part, du transfert au 1er janvier 2008 des agents TOS et des gestionnaires de TOS.

            IV. ― Les diminutions opérées en application du 1 du III sont imputées sur le produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers attribué aux régions concernées en application de l'article 40 de la loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005 précitée. Elles sont réparties conformément à la colonne A du tableau ci-après.

            Les montants correspondant aux versements prévus par les 2 à 7 du III sont prélevés sur la part du produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers revenant à l'Etat. Ils sont répartis, respectivement, conformément aux colonnes B à G du tableau suivant :

            (En euros)

            RÉGIONS

            DIMINUTION

            du produit

            versé

            (colonne A)

            MONTANT

            à verser

            (colonne B)

            MONTANT

            à verser

            (colonne C)

            MONTANT

            à verser

            (colonne D)

            MONTANT

            à verser

            (colonne E)

            MONTANT

            à verser

            (colonne F)

            MONTANT

            à verser

            (colonne G)

            TOTAL

            Alsace

            ― 262   321

             

             

            8   500

             

             

            135   260

            ― 118   561

            Aquitaine

             

            1   231   623

            482   423

            18   700

             

             

            424   906

            2   157   652

            Auvergne

            ― 118   439

             

            963

            15   300

             

             

            295   903

            193   728

            Bourgogne

             

            801   686

            217   337

            15   300

             

             

            482   341

            1   516   664

            Bretagne

             

            1   548   806

            119   792

            15   300

            156   435

            8   413

            325   459

            2   174   204

            Centre

             

            1   550   688

            349   373

            22   100

             

             

            1   449   344

            3   371   505

            Champagne-Ardenne

             

            1   208   979

            152   213

            15   300

             

             

            347   656

            1   724   149

            Corse

             

            362   673

            13   509

             

             

             

            271   626

            647   808

            Franche-Comté

            ― 25   644

             

            66   824

            15   300

             

             

            296   502

            352   982

            Ile-de-France

             

            665   952

            693   552

            10   500

             

             

            3   632   723

            5   002   726

            Languedoc-Roussillon

             

            810   775

             

            18   700

             

             

            367   558

            1   197   033

            Limousin

             

            309   840

            18   179

            11   900

            110   708

             

            784   549

            1   235   176

            Lorraine

             

            3   192   122

            712   093

            15   300

             

             

            1   348   251

            5   267   767

            Midi-Pyrénées

             

            731   656

            295   815

            28   900

             

             

            424   664

            1   481   034

            Nord-Pas-de-calais

             

            1   922   609

            1   167   079

            8   500

            2   407

             

            405   171

            3   505   766

            Basse-Normandie

             

            690   264

            317   075

            11   900

             

             

            637   565

            1   656   804

            Haute-Normandie

             

            3   044   141

            1   216   460

            8   500

             

            8   413

            617   548

            4   895   062

            Pays de la Loire

            ― 255   183

             

             

            18   700

             

             

            306   858

            70   374

            Picardie

             

            1   149   053

             

            11   900

             

             

            536   621

            1   697   574

            Poitou-Charentes

             

            801   041

             

            15   300

             

             

            66   142

            882   483

            Provence-Alpes-Côte d'Azur

             

            2   596   937

            1   211   636

            22   100

            12   033

             

            525   065

            4   367   772

            Rhône-Alpes

             

            3   644   620

            2   309   542

            28   900

             

             

            912   191

            6   895   253

            Total pour la métropole

            ― 661   587

            26   263   465

            9   343   865

            336   900

            281   583

            16   826

            14   593   903

            50   174   955

          • I. - Pour 2008, les fractions de tarif de la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers mentionnées au cinquième alinéa du III de l'article 52 de la loi n° 2004-1484 du 30 décembre 2004 de finances pour 2005 sont fixées à 0, 539 € par hectolitre s'agissant des supercarburants sans plomb et à 0, 380 € par hectolitre s'agissant du gazole présentant un point éclair inférieur à 120° C.

            Pour la répartition du produit de ces taxes en 2008, les pourcentages fixés au tableau figurant au même III sont remplacés par les pourcentages fixés à la colonne A du tableau figurant au IV du présent article.

            II. - 1. Il est versé en 2008 au département de la Nièvre un montant de 147 734 € correspondant à une correction du montant des crédits versés en 2006 et 2007 en application de l'article 82 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.

            2. Il est versé en 2008 respectivement aux départements de l'Allier et du Tarn-et-Garonne, au titre de la gestion 2008 et en application de l'article 95 de la loi n° 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux, un montant de 1 859 € et un montant de 1 508 € correspondant à l'indemnisation des jours acquis au titre du compte épargne-temps par les agents des services déconcentrés du ministère de l'agriculture et de la pêche qui concourent à l'exercice des compétences transférées dans le domaine de l'aménagement foncier.

            3. Il est versé en 2008 au département de la Seine-Saint-Denis, au titre de la gestion 2008 et en application des articles 18 et 104 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée, un montant de 24 384 € correspondant à l'indemnisation des jours acquis au titre du compte épargne-temps par les agents des services déconcentrés du ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire qui concourent à l'exercice des compétences dans le domaine des routes départementales et des routes nationales d'intérêt local.

            4. Il est versé en 2008 aux départements, au titre de la gestion 2008 et en application des articles 51, 56, 57 et 65 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée et de l'article 52 de la loi n° 2003-1200 du 18 décembre 2003 portant décentralisation en matière de revenu minimum d'insertion et créant un revenu minimum d'activité, un montant de 24 498 € correspondant à l'indemnisation des jours acquis au titre du compte épargne-temps par les agents des services déconcentrés des ministères chargés de la santé et de l'action sociale qui concourent à l'exercice des compétences dans le domaine du revenu minimum d'insertion, du fonds d'aide aux jeunes, des centres locaux d'information et de coordination, des comités départementaux des retraités et personnes âgées, du fonds de solidarité pour le logement et des fonds d'aide eau-énergie.

            5. Il est versé en 2008 aux départements un montant de 24 951 992 € au titre de la compensation financière des charges résultant, en 2007 et 2008, de l'allongement de la durée de la formation initiale obligatoire des assistants maternels et de l'instauration d'une formation d'initiation aux gestes de secourisme en application de l'article L. 421-14 du code de l'action sociale et des familles.

            6. Il est versé en 2008 aux départements, au titre de la gestion 2008 et en application des articles 18 et 104 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée, un montant de 4 826 326 € correspondant à la compensation des postes d'agents titulaires et non titulaires devenus vacants en 2007 et qui participent à l'exercice des compétences transférées dans le domaine des routes départementales et des routes nationales d'intérêt local.

            7. Il est versé en 2008 aux départements, au titre de la gestion 2008 et en application des articles 82 et 119 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée, un montant de 18 185 941 € correspondant à l'ajustement de la provision inscrite dans la loi n° 2007-1822 du 24 décembre 2007 de finances pour 2008 pour la compensation au titre, d'une part, des postes d'agents techniciens, ouvriers et de service (TOS) et de gestionnaires de TOS du ministère de l'éducation nationale devenus vacants en 2007 et, d'autre part, du transfert au 1er janvier 2008 des agents TOS et des gestionnaires de TOS.

            8. Il est versé en 2008 aux départements, au titre de la gestion 2008 et en application des articles 65 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 précitée et 52 de la loi n° 2003-1200 du 18 décembre 2003 précitée, un montant de 811 080 € correspondant à la compensation des postes devenus vacants entre la date du transfert de la compétence et la date du transfert de service et afférents aux compétences transférées dans le domaine du revenu minimum d'insertion et du fonds de solidarité pour le logement.

            9. Les montants mentionnés aux 1 à 8 sont prélevés sur la part du produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers revenant à l'Etat et se répartissent conformément à la colonne B, s'agissant des montants mentionnés aux 1 à 5 et conformément aux colonnes C à E, s'agissant respectivement des montants mentionnés aux 6 à 8, du tableau figurant au IV.

            IV. - Les ajustements mentionnés aux I et II se répartissent conformément au tableau suivant :

            DÉPARTEMENTS

            FRACTION

            (en %)

            (colonne A)

            MONTANT

            à verser

            (en euros)

            (colonne B)

            MONTANT

            à verser

            (en euros)

            (colonne C)

            MONTANT

            à verser

            (en euros)

            (colonne D)

            MONTANT

            à verser

            (en euros)

            (colonne E)

            TOTAL

            Ain

            0, 997 199

            351 994

            45 154

            160 135

            557 282

            Aisne

            0, 843 963

            272 546

            71 210

            122 840

            466 596

            Allier

            0, 809 919

            80 824

            67 220

            40 385

            188 429

            Alpes-de-Haute-Provence

            0, 440 557

            26 216

            24 784

            139 696

            190 697

            Hautes-Alpes

            0, 350 72

            33 889

            31 700

            24 086

            89 674

            Alpes-Maritimes

            1, 753 136

            166 405

            184 128

            154 148

            504 680

            Ardèche

            0, 754 484

            88 398

            13 381

            47 644

            149 424

            Ardennes

            0, 716 843

            83 123

            26 355

            - 26 049

            83 429

            Ariège

            0, 356 524

            37 407

            53 796

            63 700

            154 902

            Aube

            0, 754 894

            69 535

            27 813

            41 684

            139 031

            Aude

            0, 848 81

            89 675

            95 490

            152 275

            337 440

            Aveyron

            0, 774 621

            68 736

            69 232

            139 195

            277 163

            Bouches-du-Rhône

            2, 582 119

            481 314

            66 522

            368 509

            916 345

            Calvados

            0, 914 585

            282 139

            103 309

            358 269

            103 912

            847 629

            Cantal

            0, 337 454

            70 498

            21 110

            33 258

            124 866

            Charente

            0, 646 446

            90 476

            52 903

            243 887

            387 267

            Charente-Maritime

            1, 065 142

            335 368

            38 407

            134 273

            508 048

            Cher

            0, 664 079

            131 078

            42 062

            139 927

            87 360

            400 427

            Corrèze

            0, 766 646

            102 624

            50 279

            7 065

            159 969

            Corse-du-Sud

            0, 214 229

            26 367

            51 505

            77 872

            Haute-Corse

            0, 226 713

            25 736

            20 795

            46 531

            Côte-d'Or

            1, 253 317

            258 799

            95 905

            55 815

            410 519

            Côtes-d'Armor

            0, 997 18

            248 011

            62 400

            81 194

            391 606

            Creuse

            0, 300 906

            28 452

            42 692

            32 971

            104 115

            Dordogne

            0, 748 791

            98 309

            55 098

            384 843

            538 250

            Doubs

            0, 927 877

            216 918

            47 111

            207 789

            471 817

            Drôme

            0, 926 797

            217 238

            22 631

            19 058

            258 927

            Eure

            0, 953 092

            239 777

            70 791

            214 238

            524 806

            Eure-et-Loir

            0, 689 962

            174 273

            79 486

            230 187

            483 946

            Finistère

            1, 127 955

            207 596

            84 870

            227 886

            520 353

            Gard

            1, 189 535

            134 275

            26 132

            33 310

            193 717

            Haute-Garonne

            1, 849 974

            404 424

            57 920

            125 040

            587 384

            Gers

            0, 506 819

            50 993

            21 381

            25 952

            98 326

            Gironde

            1, 796 085

            513 282

            92 275

            424 305

            1 029 862

            Hérault

            1, 363 814

            234 823

            43 477

            109 447

            387 747

            Ille-et-Vilaine

            1, 305 817

            593 688

            3 492

            34 971

            632 151

            Indre

            0, 373 242

            80 885

            38 461

            60 769

            180 115

            Indre-et-Loire

            0, 942 372

            294 766

            30 289

            180 458

            505 513

            Isère

            1, 985 24

            897 247

            129 822

            100 031

            1 127 099

            Jura

            0, 586 794

            113 814

            63 577

            40 324

            217 715

            Landes

            0, 749 79

            88 345

            21 182

            429 954

            539 481

            Loir-et-Cher

            0, 564 898

            154 057

            12 782

            166 711

            333 550

            Loire

            1, 167 588

            427 921

            88 375

            94 908

            611 204

            Haute-Loire

            0, 598 334

            100 705

            51 587

            30 882

            6 868

            190 042

            Loire-Atlantique

            1, 656 433

            620 310

            65 671

            141 915

            10 644

            838 540

            Loiret

            0, 994 959

            415 613

            16 635

            352 620

            784 868

            Lot

            0, 609 03

            65 539

            80 202

            68 418

            214 159

            Lot-et-Garonne

            0, 436 818

            99 427

            36 425

            290 392

            426 244

            Lozère

            0, 367 165

            24 458

            57 911

            290 077

            372 446

            Maine-et-Loire

            1, 084 822

            335 688

            34 710

            78 821

            449 219

            Manche

            0, 894 485

            207 167

            85 800

            176 175

            72 740

            541 882

            Marne

            0, 935 426

            179 193

            52 701

            149 193

            381 086

            Haute-Marne

            0, 537 8

            97 989

            39 179

            108 520

            245 688

            Mayenne

            0, 527 512

            174 238

            20 378

            150 476

            345 092

            Meurthe-et-Moselle

            1, 168 653

            204 290

            36 259

            168 009

            408 558

            Meuse

            0, 462 793

            73 372

            39 746

            68 854

            181 973

            Morbihan

            1, 027 228

            320 663

            103 322

            35 687

            459 672

            Moselle

            1, 311 386

            401 522

            103 486

            - 40 205

            103 910

            568 713

            Nièvre

            0, 693 78

            266 044

            65 968

            - 4 624

            25 978

            353 366

            Nord

            3, 486 693

            1 941 073

            114 579

            230 979

            107 158

            2 393 789

            Oise

            1, 115 092

            624 539

            14 438

            134 652

            773 629

            Orne

            0, 714 579

            84 881

            49 754

            161 891

            48 852

            345 378

            Pas-de-Calais

            2, 320 942

            893 395

            94 250

            214 287

            92 482

            1 294 414

            Puy-de-Dôme

            1, 525 942

            429 498

            86 376

            106 901

            622 775

            Pyrénées-Atlantiques

            0, 913 861

            167 524

            21 289

            405 718

            594 530

            Hautes-Pyrénées

            0, 556 443

            57 386

            18 959

            23 592

            4 628

            104 566

            Pyrénées-Orientales

            0, 711 656

            100 547

            51 133

            448 626

            600 306

            Bas-Rhin

            1, 469 817

            722 527

            47 355

            257 742

            1 027 625

            Haut-Rhin

            1, 005 912

            188 784

            34 709

            23 730

            57 868

            305 091

            Rhône

            2, 066 652

            583 297

            57 886

            762 290

            1 403 473

            Haute-Saône

            0, 419 907

            240 256

            38 668

            111 485

            390 409

            Saône-et-Loire

            1, 130 806

            210 500

            32 915

            207 004

            450 420

            Sarthe

            1, 047 24

            463 888

            62 302

            62 101

            588 291

            Savoie

            1, 174 641

            314 108

            54 050

            47 644

            415 802

            Haute-Savoie

            1, 394 272

            289 011

            46 634

            164 350

            499 995

            Paris

            2, 634 674

            110 457

            156 221

            266 678

            Seine-Maritime

            1, 763 047

            663 701

            31 871

            328 498

            1 024 071

            Seine-et-Marne

            1, 761 563

            605 997

            10 537

            504 375

            1 120 909

            Yvelines

            1, 658 53

            342 242

            26 787

            532 124

            901 153

            Deux-Sèvres

            0, 726 389

            119 091

            - 2 200

            35 186

            152 077

            Somme

            0, 835 602

            369 255

            25 995

            87 406

            482 656

            Tarn

            0, 727 113

            92 715

            35 640

            153 351

            28 284

            309 990

            Tarn-et-Garonne

            0, 457 175

            80 636

            24 996

            66 059

            171 691

            Var

            1, 408 289

            170 403

            41 431

            459 706

            671 540

            Vaucluse

            0, 810 512

            105 742

            27 120

            168 599

            301 460

            Vendée

            0, 967 958

            282 617

            16 219

            205 412

            504 248

            Vienne

            0, 706 381

            144 026

            20 924

            185 442

            350 392

            Haute-Vienne

            0, 644 434

            136 833

            32 531

            174 273

            343 637

            Vosges

            0, 844 581

            265 172

            50 163

            73 075

            388 410

            Yonne

            0, 721 525

            111 256

            99 148

            61 475

            271 878

            Territoire de Belfort

            0, 220 413

            101 337

            7 390

            108 727

            Essonne

            1, 635 475

            568 111

            7 983

            476 727

            1 052 821

            Hauts-de-Seine

            2, 036 563

            277 660

            98 398

            535 380

            911 438

            Seine-Saint-Denis

            1, 684 374

            344 086

            678 706

            1 022 791

            Val-de-Marne

            1, 386 631

            239 777

            76 819

            232 777

            549 373

            Val-d'Oise

            1, 447 269

            380 764

            75 416

            426 821

            60 396

            943 398

            Guadeloupe

            0, 338 717

            16 946

            39 768

            640 482

            697 195

            Martinique

            0, 467 809

            17 264

            6 005

            39 286

            62 555

            Guyane

            0, 255 717

            28 773

            173 234

            202 007

            Réunion

            0, 371 253

            87 440

            10 805

            738 043

            836 287

            Total

            100

            25 151 975

            4 826 326

            18 185 941

            811 080

            48 975 323

            III. - A modifié les dispositions suivantes :

            - Loi n°2004-1484 du 30 décembre 2004
            Art. 52

          • Par dérogation aux dispositions de l'article L. 2334-24 du code général des collectivités territoriales, une fraction d'un montant de 85 millions d'euros du produit des amendes forfaitaires de la police de la circulation est affectée, à hauteur de 50 millions d'euros, au solde de la dotation d'aménagement prévue à l'article L. 2334-13 du même code mis en répartition en 2009 et, à hauteur de 35 millions d'euros, au titre de 2008, à l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances régie par les articles L. 121-14 à L. 121-18 du code de l'action sociale et des familles afin de financer la réalisation d'actions de prévention de la délinquance dans les conditions définies à l'article L. 2215-2 du code général des collectivités territoriales.

            Par dérogation aux dispositions de l'article L. 2334-24 du même code, une fraction d'un montant de 50 millions d'euros du produit des amendes forfaitaires de police de la circulation routière encaissé au titre de 2008 est mise en réserve et n'est pas prise en compte dans le montant à répartir au titre de 2008.

          • I. ― L'Etat restitue, sous forme de remboursements et dégrèvements d'impôts d'Etat, un montant de 594 060 929 € à la Société nationale des chemins de fer français au titre de la taxe sur la valeur ajoutée que cette dernière a collectée sur les contributions d'exploitation des services régionaux de voyageurs que lui ont versées les régions au cours des années 2002 à 2008. La Société nationale des chemins de fer français reverse ce montant aux régions de manière à les rembourser totalement de la taxe sur la valeur ajoutée qu'elles ont versée au titre de ces contributions.

            II. ― Le montant total de la dotation globale de fonctionnement des régions réparti en 2008 est minoré d'un montant de 508 138 143 € correspondant aux trop-perçus par les régions au cours des années 2002 à 2008 au titre de la compensation du transfert de compétence relatif aux services régionaux de voyageurs tel que défini à l'article L. 1614-8-1 du code général des collectivités territoriales. La répartition entre les régions de cette minoration est faite en fonction du trop-perçu par chaque région sur la période considérée. Si l'intégralité de la récupération ne peut pas être effectuée en 2008, une minoration est opérée, à due concurrence du montant restant à reprendre, sur la dotation globale de fonctionnement répartie en 2009.

            III. ― Le II ne peut être mis en œuvre qu'après application du I.

          • I., III., IV à VI - A modifié les dispositions suivantes :

            - Code général des collectivités territoriales
            Art. L3443-2

            A modifié les dispositions suivantes :

            - Code général des collectivités territoriales
            Art. L3443-2

            A modifié les dispositions suivantes :

            - Code général des collectivités territoriales
            Art. L3443-2

            A modifié les dispositions suivantes :

            - Code général des collectivités territoriales
            Art. L6264-5, Art. L6364-5

            A modifié les dispositions suivantes :

            - LOI n°2007-1824 du 25 décembre 2007
            Art. 104
            - Code général des collectivités territoriales
            Art. L4434-8

            II. - Par dérogation au 2° du III de l'article 104 de la loi n° 2007-1824 du 25 décembre 2007 de finances rectificative pour 2007, la garantie de la dotation forfaitaire à verser à la collectivité de Saint-Martin en 2009 et en 2010, en application du deuxième alinéa de l'article L. 6364-3 du code général des collectivités territoriales, est diminué chaque année de 2 092 042 euros, au titre de la récupération du trop-versé en 3008.

          • I et II. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1648 A

            III. - Les I et II s'appliquent à compter des impositions établies au titre de 2009.

          • I. ― Afin de permettre le respect des engagements internationaux de maîtrise des émissions de gaz à effet de serre pris par la France et l'ajustement des quotas d'émission de gaz à effet de serre aux besoins de l'économie française, il est ouvert dans les écritures du Trésor, à compter du 1er janvier 2009, un compte de commerce intitulé : « Gestion des actifs carbone de l'Etat », dont le ministre chargé de l'économie est l'ordonnateur principal.

            II. ― Ce compte retrace les opérations destinées à ajuster les besoins en unités définies par le protocole de Kyoto du 11 décembre 1997 et les quotas d'émission de gaz à effet de serre.

            Il permet d'abonder en quotas d'émission de gaz à effet de serre la réserve destinée aux nouveaux entrants dans le cadre du plan national d'affectation des quotas et mentionnée au V de l'article L. 229-8 du code de l'environnement. Ces opérations sont réalisées au moyen d'adjudications, d'interventions au comptant ou à terme ou d'options sur les marchés des droits d'émission.

            Il comporte, en recettes et en dépenses, la totalité des produits et des charges résultant de ces opérations. Il retrace également, en dépenses, le versement d'avances et, en recettes, le remboursement en capital et intérêts des avances consenties.

            Il peut faire l'objet de versements du budget général.

            III. ― La réalisation de l'objectif mentionné au deuxième alinéa du II est assurée au moyen d'une réduction annuelle maximale de 10 % en 2009, 20 % en 2010, 35 % en 2011 et 60 % en 2012 de l'enveloppe des quotas d'émission destinés aux installations du secteur de la production d'électricité, affectés mais non encore délivrés au 31 décembre 2008, tels que définis dans le plan national d'affectation des quotas pour la période 2008-2012, pris en application de l'article L. 229-8 du code de l'environnement. Les quotas ainsi dégagés pourront être vendus par l'Etat au titre des opérations visées au I du présent article, dans des conditions définies par décret en Conseil d'Etat.

            La répartition de cette réduction sur les années 2009 à 2012 est fixée annuellement par décret, après avis de la commission d'examen du plan national d'affectation des quotas d'émission de gaz à effet de serre.

            L'autorité administrative ajuste, lors de la délivrance, les quotas d'émissions affectés à des exploitants d'installations du secteur de la production d'électricité au titre de la réserve visée au V de l'article L. 229-8 du code de l'environnement, en fonction des coefficients de réduction annuels définis par le décret mentionné à l'alinéa précédent et de la durée effective de délivrance restant à courir sur la période quinquennale 2008-2012 pour l'exploitant considéré. Les quotas d'émission ainsi dégagés sont utilisés dans les conditions prévues au premier alinéa du présent III.

            IV. ― Le ministre chargé de l'économie transmet chaque année au Parlement un audit extérieur réalisé sur les états financiers du compte.

          • I et II.-A modifié les dispositions suivantes :

            -LOI n° 2007-1822 du 24 décembre 2007
            Art. 53
            -Code de la sécurité sociale.
            Art. L139-2
            III. ― En 2008, le produit de la taxe sur les véhicules de société mentionnée à l'article 1010 du code général des impôts est affecté à hauteur d'un montant maximum de 753 423 455, 26 €, au titre du financement des sommes restant dues par l'Etat aux régimes obligatoires de base de sécurité sociale retracées dans l'état semestriel au 31 décembre 2007 prévu à l'article LO 111-10-1 du code de la sécurité sociale et estimé au 30 juin 2008, selon la répartition suivante :

            1° 395 826 320, 81 € au régime social des indépendants ;

            2° 4 087 798, 76 € à la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales ;

            3° 5 920 241, 49 € à la Caisse autonome nationale de la sécurité sociale dans les mines ;

            4° 37 129 567, 90 € à la Caisse de retraite et de prévoyance des clercs et employés de notaires ;

            5° 21 018 446, 12 € à l'Établissement national des invalides de la marine ;

            6° 1 076 067, 55 € à la Caisse nationale des industries électriques et gazières ;

            7° 1 950 249, 42 € au régime de sécurité sociale d'entreprise de la Régie autonome des transports parisiens ;

            8° 47 793 082, 08 € au régime de sécurité sociale d'entreprise de la Société nationale des chemins de fer français ;

            9° 238 559 841, 55 € à la Caisse de retraite et de prévoyance du personnel de la Société nationale des chemins de fer français ;

            10° 47 538, 46 € à la caisse de prévoyance du personnel titulaire du Port autonome de Bordeaux ;

            11° 14 301, 12 € à la caisse nationale des barreaux français.

          • Les dispositions du décret n° 2008-656 du 2 juillet 2008 modifiant le décret n° 2007-1532 du 24 octobre 2007 relatif aux redevances d'utilisation des fréquences radioélectriques dues par les titulaires d'autorisations d'utilisation de fréquences délivrées par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes et de l'arrêté du 2 juillet 2008 modifiant l'arrêté du 24 octobre 2007 portant application du décret n° 2007-1532 du 24 octobre 2007 relatif aux redevances d'utilisation des fréquences radioélectriques dues par les titulaires d'autorisations d'utilisation de fréquences délivrées par l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes sont applicables à compter du 1er janvier 2008.

          • I. ― Un prélèvement de 66 millions d'euros est opéré en 2008 sur le fonds pour le renouvellement urbain géré par la Caisse des dépôts et consignations.

            Ce prélèvement est affecté à hauteur de 48 millions d'euros à l'Agence nationale pour la rénovation urbaine, de 3 millions d'euros à la Caisse des dépôts et consignations pour la réhabilitation du centre commercial du Chêne Pointu de Clichy-sous-Bois et de 15 millions d'euros à un fonds d'urgence en faveur du logement placé auprès de la Caisse des dépôts et consignations. Un décret précise les conditions d'utilisation des sommes inscrites sur ce fonds.

            II. ― Le fonds pour le renouvellement urbain est clos le 31 décembre 2008 selon des modalités fixées par convention entre l'Etat et la Caisse des dépôts et consignations. Le solde de ses disponibilités est versé au budget de l'Etat.

            III. ― Le fonds de garantie pour le renouvellement urbain et le fonds de solidarité habitat continuent d'être gérés par la Caisse des dépôts et consignations jusqu'à leur extinction. Les disponibilités nettes de ces fonds, constatées au 31 décembre de chaque année, sont versées au budget général de l'Etat selon des modalités fixées par convention.

      • I. ― Pour 2008, l'ajustement des ressources tel qu'il résulte des évaluations révisées figurant à l'état A annexé à la présente loi et le supplément des charges du budget de l'Etat sont fixés aux montants suivants :

        (En millions d'euros)

        RESSOURCES

        CHARGES

        SOLDES

        Budget général

        Recettes fiscales brutes/dépenses brutes

        ― 1 306

        821

        A déduire :

        Remboursements et dégrèvements

        750

        750

        Recettes fiscales nettes/dépenses nettes

        ― 2 056

        71

        Recettes non fiscales

        ― 555

        Recettes totales nettes/dépenses nettes

        ― 2 611

        71

        A déduire :

        Prélèvements sur recettes au profit des collectivités territoriales et des Communautés

        européennes

        ― 509

        Montants nets pour le budget général

        ― 2 102

        71

        ― 2 173

        Evaluation des fonds de concours et crédits correspondants

        Montants nets pour le budget général, y compris fonds de concours

        ― 2 102

        71

        Budgets annexes

        Contrôle et exploitation aériens

        Publications officielles et information administrative

        Totaux pour les budgets annexes

        Evaluation des fonds de concours et crédits correspondants :

        Contrôle et exploitation aériens

        Publications officielles et information administrative

        Totaux pour les budgets annexes, y compris fonds de concours

        Comptes spéciaux

        Comptes d'affectation spéciale

        ― 15

        ― 15

        0

        Comptes de concours financiers

        89

        ― 118

        207

        Comptes de commerce (solde)

        ― 112

        Comptes d'opérations monétaires (solde)

        Solde pour les comptes spéciaux

        95

        Solde général

        ― 2 078

        II. ― Pour 2008 :

        1° Les ressources et les charges de trésorerie qui concourent à la réalisation de l'équilibre financier sont évaluées comme suit :

        (En milliards d'euros)

        Besoin de financement

        Amortissement de la dette à long terme

        39,3

        Amortissement de la dette à moyen terme

        58,3

        Amortissement de dettes reprises par l'Etat

        10,4

        Déficit budgétaire

        51,5

        Total

        159,5

        Ressources de financement

        Emissions à moyen et long terme (obligations assimilables du Trésor et bons du Trésor à taux fixe et intérêt annuel),

        nettes des rachats effectués par l'Etat et par la Caisse de la dette publique

        128,9

        Annulation de titres de l'Etat par la Caisse de la dette publique

        Variation des bons du Trésor à taux fixe et intérêts précomptés

        57,0

        Variation des dépôts des correspondants

        ― 4,2

        Variation du compte du Trésor

        ― 23,6

        Autres ressources de trésorerie

        1,4

        Total

        159,5

        2° Le plafond de la variation nette, appréciée en fin d'année, de la dette négociable de l'Etat d'une durée supérieure à un an est fixé à 31,3 milliards d'euros.

        III. ― Pour 2008, le plafond d'autorisation des emplois rémunérés par l'Etat demeure inchangé.

      • Il est ouvert aux ministres, pour 2008, au titre du budget général, des autorisations d'engagement et des crédits de paiement supplémentaires s'élevant respectivement aux montants de 1 869 794 732 € et de 1 834 289 401 €, conformément à la répartition par mission donnée à l'état B annexé à la présente loi.

      • Il est annulé, au titre du budget général pour 2008, des autorisations d'engagement et des crédits de paiement s'élevant respectivement aux montants de 3 422 478 780 € et de 1 013 222 130 €, conformément à la répartition par mission donnée à l'état B' annexé à la présente loi.

      • Il est ouvert aux ministres, pour 2008, au titre des comptes spéciaux, des autorisations d'engagement et des crédits de paiement supplémentaires s'élevant à 1 050 800 000 €, conformément à la répartition par compte donnée à l'état C annexé à la présente loi.

      • Il est annulé, au titre des comptes spéciaux pour 2008, des autorisations d'engagement et des crédits de paiement s'élevant à 1 184 000 000 €, conformément à la répartition par compte donnée à l'état C' annexé à la présente loi.

      • Il est ouvert au ministre de la défense, pour 2008, au titre du compte de commerce « Approvisionnement des armées en produits pétroliers », une autorisation de découvert supplémentaire de 50 000 000 €, conformément à la répartition par compte donnée à l'état D annexé à la présente loi.

          • I. à IV. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1600, Art. 1647 C sexies

            A créé les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1647 B nonies, Art. 1647 C quinquies A

            V. ― Les I à IV s'appliquent aux cotisations établies à compter de 2009 s'agissant des établissements créés en 2008 et aux cotisations établies à compter de 2010 dans les autres cas.

          • I, II. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 39

            A abrogé les dispositions suivantes :

            - Livre des procédures fiscales
            Art. L78

            A modifié les dispositions suivantes :

            - Livre des procédures fiscales
            Art. L79

            III. ― Le présent article s'applique aux créances acquises au titre des exercices clos à compter du 31 décembre 2008.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 151-0

            II. ― Par dérogation au deuxième alinéa de l'article L. 133-6-8 du code de la sécurité sociale et au IV de l'article 151-0 du code général des impôts, les options prévues au premier alinéa de l'article L. 133-6-8 du code de la sécurité sociale et au premier alinéa du I de l'article 151-0 du code général des impôts peuvent être exercées, au titre de l'année 2009, jusqu'au 31 mars 2009.

            Les dispositions du présent II ne sont pas applicables lorsque l'option est exercée au titre d'une création d'activité.

            III. ― Le présent article entre en vigueur le 1er janvier 2009.

          • I. - A créé les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 182 A bis

            A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 182 A

            A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1671 A

            A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 182 B, Art. 193

            A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 219 quinquies

            II. ― Le I s'applique aux sommes versées à compter du 1er janvier 2009.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1464 I

            II. ― Le I s'applique à compter des impositions établies au titre de l'année 2009.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1648 AA

            II. ― Le I est applicable à compter de l'entrée en vigueur du IX de l'article 102 de la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie.

          • I, II. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 223 E, Art. 223 L

            III. ― Le présent article est applicable aux opérations intervenues au cours d'un exercice clos à compter du 1er janvier 2008.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 39 A

            II. ― Le I s'applique aux biens acquis ou fabriqués entre le 4 décembre 2008 et le 31 décembre 2009.

          • I. ― Le plafond mentionné au quatorzième alinéa du I de l'article 244 quater J du code général des impôts est porté à 65 100 € pour les avances remboursables émises entre le 15 janvier 2009 et le 31 décembre 2009 pour la construction ou l'acquisition de logements neufs ou en l'état futur d'achèvement. Ce montant est, le cas échéant, majoré dans les conditions prévues aux quinzième, seizième et dix-septième alinéas du même I.

            II. ― Un décret en Conseil d'Etat détermine les conditions d'application du I.

          • I. à IV. - A créé les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 199 septvicies

            A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 31, Art. 31 bis, Art. 239 nonies

            V. ― La réduction d'impôt prévue par l'article 199 septvicies du code général des impôts n'est pas accordée au titre de l'acquisition de logements pour lesquels une promesse d'achat ou une promesse synallagmatique a été conclue par l'acquéreur avant le 1er janvier 2009.

          • I. à V.-A modifié les dispositions suivantes :

            -Loi n° 95-115 du 4 février 1995
            Art. 42
            -CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1466 A

            A créé les dispositions suivantes :

            -CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 44 terdecies, Art. 1647 C septies, Art. 1383 I

            VI. ― 1. Les gains et rémunérations au sens de l'article L. 242-1 du code de la sécurité sociale ou de l'article L. 741-10 du code rural, versés au cours d'un mois civil aux salariés employés par un établissement d'une entreprise exerçant les activités visées au deuxième alinéa du I de l'article 44 octies du code général des impôts qui s'implante ou qui se crée pour exercer une nouvelle activité dans le périmètre d'une zone de restructuration de la défense définie au 1° du 3 ter de l'article 42 de la loi n° 95-115 du 4 février 1995 d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire ou dans les emprises foncières libérées par la réorganisation d'unités militaires ou d'établissements du ministère de la défense situées dans les communes définies au seul 2° du même 3 ter, sont exonérés des cotisations à la charge de l'employeur au titre des assurances sociales et des allocations familiales.

            L'exonération est applicable au titre des implantations et créations réalisées pendant une période de trois ans débutant à la date de publication de l'arrêté prévu au dernier alinéa du même 3 ter ou, si cette seconde date est postérieure, au 1er janvier de l'année précédant celle au titre de laquelle le territoire ou la commune est reconnu comme zone de restructuration de la défense par cet arrêté.

            L'exonération est applicable pendant cinq ans à compter de l'implantation ou de la création.

            Le montant de l'exonération est égal au montant des cotisations à la charge de l'employeur au titre des assurances sociales et des allocations familiales lorsque la rémunération horaire est inférieure à un seuil égal au salaire minimum de croissance majoré de 40 %.A partir de ce seuil, le montant de l'exonération décroît de manière linéaire et devient nul lorsque la rémunération horaire est égale au salaire minimum de croissance majoré de 140 %. Il fait l'objet d'une réduction égale au tiers la quatrième année et aux deux tiers la cinquième année.

            2.L'exonération prévue au premier alinéa du 1 est ouverte au titre de l'emploi de salariés dont l'activité réelle, régulière et indispensable à l'exécution du contrat de travail s'exerce en tout ou partie dans une zone de restructuration de la défense.

            3.L'exonération prévue au premier alinéa du 1 n'est pas applicable aux entreprises créées dans le cadre d'une concentration, d'une restructuration, d'une extension d'activités préexistantes ou d'une reprise de telles activités au sens du III de l'article 44 sexies du code général des impôts, sauf lorsque ces activités préexistantes dans la zone sont le fait d'entreprises qui ont mis en œuvre un plan de sauvegarde de l'emploi dans les conditions prévues par l'article L. 1233-61 du code du travail ou font l'objet d'une procédure collective visée aux articles L. 631-1 ou L. 640-1 du code de commerce, ou d'entreprises qui bénéficient de l'exonération prévue au premier alinéa du 1 du présent article. Dans ce dernier cas, l'exonération est ouverte pour la durée restant à courir.

            4.L'exonération prévue au premier alinéa du 1 n'est pas applicable aux gains et rémunérations afférents aux emplois transférés par une entreprise dans une zone de restructuration de la défense pour lesquels l'employeur a bénéficié, au titre d'une ou plusieurs des cinq années précédant celle du transfert, soit de l'exonération prévue à l'article L. 131-4-2 du code de la sécurité sociale, soit de l'exonération prévue aux articles 12 et 13 de la loi n° 96-987 du 14 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance pour la ville, soit du versement d'une prime d'aménagement du territoire.

            L'exonération visée au premier alinéa du 1 du présent VI dans une emprise foncière libérée par la réorganisation d'unités militaires ou d'établissements du ministère de la défense située dans une commune définie au seul 2° du 3 ter de l'article 42 de la loi n° 95-115 du 4 février 1995 précitée n'est pas applicable aux gains et rémunérations afférents aux emplois transférés dans cette emprise depuis des établissements situés dans le reste du territoire de la commune ou celui des communes limitrophes.

            5. Le bénéfice de l'exonération prévue au premier alinéa du 1 ne peut être cumulé, pour l'emploi d'un même salarié, avec celui d'une aide de l'Etat à l'emploi ou d'une exonération totale ou partielle de cotisations patronales de sécurité sociale ou l'application d'assiettes, montants ou taux de cotisations spécifiques, à l'exception de la déduction forfaitaire prévue à l'article L. 241-18 du code de la sécurité sociale.

            Le bénéfice de l'exonération prévue au premier alinéa du 1 du présent VI est subordonné au fait, pour l'employeur, d'être à jour de ses obligations déclaratives ou de paiement à l'égard de l'organisme de recouvrement.

            Lorsque l'employeur n'a pas rempli au cours d'une année civile l'obligation définie au 1° de l'article L. 2242-8 du code du travail dans les conditions prévues aux articles L. 2242-1 à L. 2242-4 du même code, le montant de l'exonération prévue au premier alinéa du 1 du présent VI est diminué de 10 % au titre des rémunérations versées cette même année. Il est diminué de 100 % lorsque l'employeur ne remplit pas cette obligation pour la troisième année consécutive.

            6. Le bénéfice de l'exonération prévue au premier alinéa du 1 est subordonné au respect du règlement (CE) n° 1998 / 2006 de la Commission du 15 décembre 2006 concernant l'application des articles 87 et 88 du traité aux aides de minimis. Toutefois, sur option des entreprises qui procèdent aux opérations mentionnées au premier alinéa du 1 du présent VI dans les zones d'aide à finalité régionale, le bénéfice de l'exonération prévue au même alinéa est subordonné au respect de l'article 13 du règlement (CE) n° 800 / 2008 de la Commission du 6 août 2008 déclarant certaines catégories d'aides compatibles avec le marché commun en application des articles 87 et 88 du traité (Règlement général d'exemption par catégorie).

            L'option mentionnée à l'alinéa précédent est irrévocable pour la durée de l'exonération prévue au premier alinéa du 1 du présent VI. Elle doit être exercée dans les six mois qui suivent les implantations ou créations mentionnées au même 1.

            VII. ― Lorsque l'entreprise exerce l'option pour l'application de l'article 13 du règlement (CE) n° 800 / 2008 de la Commission du 6 août 2008 précité au titre de l'un des dispositifs prévus aux articles 44 terdecies et 1383 I, au I quinquies B de l'article 1466 A du code général des impôts ou au VII du présent article, cette option vaut pour l'ensemble des dispositifs précités.

            Lorsque aucune option pour l'application de l'article 13 du règlement (CE) n° 800 / 2008 de la Commission du 6 août 2008 précité n'a été formulée dans les délais requis au titre d'un des dispositifs d'exonération mentionnés à l'alinéa précédent, l'exercice ultérieur d'options portant sur un de ces dispositifs n'est pas recevable.

          • I - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 279

            A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.

            Art. 279

            II. - Le I s'applique à la fourniture de chaleur mentionnée sur les factures émises à compter du 1er mars 2009 ou incluse dans des avances et acomptes perçus à compter de cette même date.

          • I - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1693 bis

            A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.

            Art. 1693 bis

            II. - Le I s'applique à compter du 1er janvier 2009.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 1011 ter

            II. - 1. La taxe mentionnée au I s'applique aux véhicules immatriculés pour la première fois en France, à compter du 1er janvier 2009.

            2. Un décret fixe les modalités d'application du présent article et, notamment, la date d'émission des titres de perception.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - Code des douanes
            Art. 265

            II. - Le I entre en vigueur au 1er janvier 2009.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - Code des douanes
            Art. 266 quinquies B

            II. - Le I entre en vigueur le 1er janvier 2009.

          • I. A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 71, Art. 72 D, Art. 72 D bis, Art. 72 D ter

            IV. - Les modalités d'application du III, notamment la définition des aléas reconnus par une autorité administrative, sont fixées par décret.

            VI. - Le présent article s'applique au titre des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2009.

          • [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par la décision du Conseil constitutionnel n° 2008-574 DC du 29 décembre 2008.]

          • I - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 31
            II - Le I s'applique à compter de l'imposition des revenus de 2006.

          • I - A créé les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.

            Art. 35 ter

            II. - Le I s'applique à compter de l'imposition des revenus de l'année 2008.

          • I.- A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 156

            II. ― Le I s'applique à compter de l'imposition des revenus de 2009.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 199 terdecies-0 A

            II. ― Le I s'applique aux versements effectués à compter du 1er janvier 2009.

          • I, II. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 238 bis HV, Art. 238 bis HW

            III. ― Le présent article s'applique aux agréments délivrés à compter du 1er janvier 2009.

          • I. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 210 B

            II. ― Le I s'applique aux opérations d'apport réalisées au cours des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2008.

          • I, II. - A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 223 A, Art. 223 L

            III. ― Le présent article s'applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2009.

          • Les entreprises qui estiment que le montant des acomptes d'impôt sur les sociétés mentionnés à l'article 1668 du code général des impôts versés au titre d'un exercice clos au plus tard le 30 septembre 2009 et pour lequel la liquidation de l'impôt n'est pas intervenue excède la cotisation totale d'impôt sur les sociétés dû au titre de cet exercice peuvent demander le remboursement de cet excédent dès le lendemain de la clôture. Toutefois, lorsque le montant non remboursé des acomptes est inférieur à 80 % du montant de la cotisation totale d'impôt sur les sociétés, l'intérêt de retard prévu à l'article 1727 et la majoration prévue à l'article 1731 du même code sont appliqués à l'excédent d'acomptes indûment remboursés.

          • I. ― Par dérogation au quatrième alinéa du I de l'article 220 quinquies du code général des impôts, peuvent être remboursées sur demande, en 2009, les créances non utilisées autres que celles cédées dans les conditions prévues par les articles L. 313-23 à L. 313-35 du code monétaire et financier, nées d'une option exercée au titre d'un exercice clos au plus tard le 30 septembre 2009.

            II. ― Pour l'application des dispositions du I, les entreprises qui estiment pouvoir bénéficier de ces dispositions au titre d'un exercice clos pour lequel la liquidation de l'impôt n'est pas intervenue peuvent, dès le lendemain de la clôture, exercer l'option visée au premier alinéa du I de l'article 220 quinquies du code général des impôts. Toutefois, lorsque le montant de la créance remboursée résultant de cette option excède de plus de 20 % le montant de la créance déterminée à partir de la déclaration de résultats déposée au titre de cet exercice, l'intérêt de retard prévu à l'article 1727 et la majoration prévue à l'article 1731 du même code sont appliqués à l'excédent indûment remboursé.

          • I. ― Par dérogation à la troisième phrase du premier alinéa du I de l'article 199 ter B du code général des impôts, les créances sur l'Etat relatives à des crédits d'impôt pour dépenses de recherche calculés au titre des années 2005, 2006 et 2007 et non encore utilisées sont immédiatement remboursables. Cette disposition ne s'applique pas aux créances qui ont été cédées dans les conditions prévues par les articles L. 313-23 à L. 313-35 du code monétaire et financier.

            II. ― Le crédit d'impôt défini à l'article 244 quater B du code général des impôts pour dépenses de recherche engagées au titre de l'année 2008 s'impute sur l'impôt sur le revenu dû au titre de l'année 2008 et l'excédent est immédiatement remboursable.

            III. ― Les entreprises peuvent obtenir, sur demande, le remboursement immédiat d'une estimation de la différence positive entre, d'une part, le montant du crédit d'impôt défini à l'article 244 quater B du code général des impôts calculé à raison des dépenses de recherche engagées au titre de l'année 2008 et, d'autre part, le montant de l'impôt sur le revenu dû au titre de 2008.

            IV. ― Le montant de crédit d'impôt défini à l'article 244 quater B du code général des impôts calculé à raison des dépenses de recherche engagées au titre de l'année 2008 et utilisé pour le paiement de l'impôt sur le revenu dû au titre de cette année est diminué du montant du remboursement mentionné au III.

            V. ― Si le montant du remboursement mentionné au III excède le montant du crédit d'impôt prévu au IV, le montant de l'impôt sur le revenu dû au titre de l'année 2008 est majoré de cet excédent.

            VI. ― Lorsque le montant du remboursement mentionné au III excède de plus de 20 % la différence positive entre, d'une part, le montant du crédit d'impôt défini à l'article 244 quater B du code général des impôts calculé à raison des dépenses de recherche engagées au titre de l'année 2008 et, d'autre part, le montant de l'impôt sur le revenu dû au titre de l'année 2008, cet excédent fait l'objet :

            1° De la majoration prévue, selon le cas, à l'article 1730 ou à l'article 1731 du même code ;

            2° D'un intérêt de retard dont le taux correspond à celui mentionné à l'article 1727 du même code. Cet intérêt de retard est calculé à partir du premier jour du mois qui suit le remboursement mentionné au III du présent article jusqu'au dernier jour du mois du dépôt de la déclaration de crédit d'impôt défini à l'article 244 quater B du code général des impôts et calculé à raison des dépenses engagées au titre de 2008.

            VII. ― Les I à VI s'appliquent dans les mêmes conditions aux entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés.

          • I. A modifié les dispositions suivantes :

            - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
            Art. 244 quater F
            II. ― Le I s'applique aux crédits d'impôts calculés au titre des dépenses exposées à compter du 1er janvier 2009. Le 3 du I de l'article 244  quater F du code général des impôts s'applique aux dépenses exposées jusqu'au 31 décembre 2009.

        • I. A modifié les dispositions suivantes :

          - Loi n° 2001-1275 du 28 décembre 2001
          Art. 136
          II. - Jusqu'à l'installation du conseil de normalisation des comptes publics, les membres du Comité des normes de comptabilité publique restent en fonctions.

        • I. ― La garantie de l'Etat est accordée à la société OSEO Garantie, SA, pour l'équilibre d'un fonds de garantie géré par cette société et destiné à faciliter l'octroi de prêts aux étudiants.

          Ce fonds a pour objet de financer les appels en garantie des organismes financiers qui accordent des prêts aux étudiants garantis par la société OSEO Garantie, SA, en cas de défaillance des bénéficiaires de ces prêts. Les prêts éligibles au fonds de garantie ne peuvent pas dépasser un plafond fixé par étudiant. La garantie ne porte que sur 70 % au plus du principal du prêt. Elle est accordée moyennant une prime variant en fonction de la durée du prêt accordé. Le fonds est abondé par ces primes ainsi que par des dotations imputées sur les crédits de l'enseignement supérieur.

          Le montant maximal de chaque tranche annuelle d'engagements pris par la société OSEO Garantie, SA, au titre de ces prêts, est fixé par l'Etat.

          II. ― Les conditions de fonctionnement du fonds mentionné au I et celles régissant les prêts garantis font l'objet d'une convention entre l'Etat et la société OSEO Garantie, SA.

        • I. ― Conformément aux dispositions de la loi n° 2008-518 du 3 juin 2008 relative aux opérations spatiales, l'Etat est autorisé à garantir l'indemnisation des dommages causés à des tiers dans le cadre d'une opération spatiale autorisée en application de la loi mentionnée et menée depuis un territoire de l'Espace économique européen. Cette garantie s'exerce, sauf faute intentionnelle ou inobservation grave des prescriptions de l'autorisation, au-delà d'un plafond fixé dans cette même autorisation. Ce plafond sera compris entre 50 millions d'euros et 70 millions d'euros.

          II. ― Le I est applicable en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, dans les îles Wallis et Futuna et dans les Terres australes et antarctiques françaises.

        • I.-Les sommes déposées par les épargnants sur les livrets dont les dépôts sont centralisés en tout ou partie dans le fonds d'épargne mentionné à l'article L. 221-7 du code monétaire et financier en application du chapitre Ier du titre II du livre II du même code et les intérêts afférents à ces sommes bénéficient de la garantie de l'Etat.

          Lorsque sa garantie est appelée en application du premier alinéa, l'Etat est subrogé dans les droits de l'établissement à l'égard du fonds d'épargne à hauteur des sommes versées par lui au titre de la garantie et dans la limite des dépôts centralisés par l'établissement dans le fonds d'épargne. Pour le montant non centralisé dans le fonds d'épargne, l'Etat peut obtenir un remboursement par le fonds de garantie des dépôts dans les conditions prévues aux articles L. 312-4 et suivants du code monétaire et financier. Le fonds de garantie des dépôts devient alors créancier de l'établissement à hauteur des sommes remboursées à l'Etat.

          Bénéficient également de la garantie de l'Etat les créances détenues sur le fonds d'épargne par les établissements distribuant les livrets mentionnés au premier alinéa.

          IV.-Le présent article est applicable en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna.

          V.-Le présent article est applicable à compter du 1er janvier 2009.

          II et III.-A modifié les dispositions suivantes :

          -Code monétaire et financier
          Art. L221-7 Art. L221-17-1
          -Loi n° 2003-1312 du 30 décembre 2003

          Art. 80

          Loi n° 82-1126 du 29 décembre 1982

          Art. 83

        • [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par la décision du Conseil constitutionnel n° 2008-574 DC du 29 décembre 2008.]

        • La garantie de l'Etat est octroyée à titre onéreux à la Caisse centrale de réassurance pour ses opérations de réassurance, intervenant avant le 31 décembre 2009, de risques d'assurance-crédit portant sur des petites et moyennes entreprises et sur des entreprises de taille intermédiaire situées en France.

          La Caisse centrale de réassurance n'est financièrement exposée au titre de ces opérations que pour autant que l'assureur-crédit, cosignataire du traité de réassurance, conserve une exposition au risque sur les entreprises concernées.

          Un décret précise les conditions d'exercice de cette garantie, notamment la part minimale de risque que l'assureur-crédit cosignataire du traité de réassurance conserve à sa charge.

        • La garantie de l'Etat est accordée à l'Agence française de développement au titre des prêts consentis par cet établissement au Fonds pour les technologies propres administré par la Banque internationale de reconstruction et de développement. Cette garantie porte sur le capital et les intérêts de ces prêts dans la limite de 203 millions d'euros en principal et s'exerce dans le cas où est constaté le non-règlement des sommes dues par le fonds aux échéances convenues.

        • I. - A modifié les dispositions suivantes :

          - Code de l'environnement
          Art. L213-10-9

          II. ― Le I s'applique à compter du 1er janvier 2009.

        • I. - A modifié les dispositions suivantes :

          - Loi n°2000-108 du 10 février 2000
          Art. 50-1
          II. - Le I entre en vigueur à compter du 1er janvier 2006.

        • I. ― L'indemnité temporaire accordée aux fonctionnaires pensionnés relevant du code des pensions civiles et militaires de retraite majore le montant en principal de la pension d'un pourcentage fixé par décret selon la collectivité dans laquelle ils résident.

          L'indemnité temporaire est accordée aux pensionnés qui justifient d'une résidence effective dans les collectivités suivantes : La Réunion, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna et la Polynésie française.

          II. ― A compter du 1er janvier 2009, l'attribution de nouvelles indemnités temporaires est réservée aux pensionnés ayants droit remplissant, à la date d'effet de leur pension, en sus de l'effectivité de la résidence, les conditions suivantes :

          1° a) Justifier de quinze ans de services effectifs dans une ou plusieurs collectivités mentionnées au I à partir d'un état récapitulatif de ces services fourni par les pensionnés et communiqué par leurs ministères d'origine ;

          b) Ou remplir, au regard de la collectivité dans laquelle l'intéressé justifie de sa résidence effective, les critères d'éligibilité retenus pour l'octroi des congés bonifiés à leur bénéficiaire principal ;

          2° a) Soit justifier d'une durée d'assurance validée au titre d'un ou des régimes de retraite de base obligatoires égale au nombre de trimestres nécessaire pour obtenir le pourcentage maximum de la pension civile ou militaire de retraite mentionné à l'article L. 13 du code des pensions civiles et militaires de retraite ;

          b) Ou bénéficier d'une pension dont le montant n'a pas fait l'objet de l'application du coefficient de minoration prévu à l'article L. 14 du même code.

          Ces nouveaux bénéficiaires doivent, en outre, avoir été radiés des cadres depuis moins de cinq ans.

          Les pensionnés dont la date d'effectivité de la résidence est postérieure au 13 octobre 2008 sont éligibles au versement de l'indemnité temporaire au titre du présent II.

          L'indemnité temporaire de retraite n'est plus attribuée à de nouveaux bénéficiaires à compter du 1er janvier 2028.

          III. ― Le montant des indemnités temporaires octroyées à compter du 1er janvier 2009 est égal au montant fixé à la date de première mise en paiement de l'indemnité et ne peut excéder un montant annuel défini par décret selon la collectivité de résidence. Ce plafond décroît dans des conditions prévues par décret. Il devient nul à compter du 1er janvier 2028.

          Lorsque l'indemnité temporaire est attribuée en cours d'année, les plafonds fixés par le décret prévu à l'alinéa précédent sont calculés au prorata de la durée effective de l'attribution de l'indemnité temporaire sur l'année considérée.

          Les indemnités temporaires accordées aux pensionnés au titre du a du 1° du II ouvrent droit à réversion au bénéfice du conjoint survivant sous réserve du respect, par ce dernier, de la condition d'effectivité de résidence fixée au I.

          Les indemnités temporaires accordées aux pensionnés au titre du b du 1° du II ouvrent droit à réversion au bénéfice du conjoint survivant sous réserve du respect, par ce dernier, de la condition d'effectivité de résidence sur le territoire de la collectivité au titre de laquelle l'indemnité temporaire a été octroyée.

          IV. ― Le montant des indemnités temporaires octroyées avant le 1er janvier 2009 est plafonné à la valeur en paiement au 31 décembre 2008 et ne peut excéder un montant annuel défini par décret selon la collectivité de résidence. La part des indemnités temporaires dépassant le plafond est écrêtée progressivement, chaque année, pour atteindre le montant annuel relatif à l'année 2018.

          Les indemnités temporaires accordées aux pensionnés au titre du présent IV ouvrent droit à réversion au bénéfice du conjoint survivant sous réserve du respect, par ce dernier, de la condition d'effectivité de résidence fixée au I.

          V. ― L'indemnité temporaire accordée avant le 1er janvier 2009 aux pensionnés relevant du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre qui justifient d'une résidence effective dans les collectivités mentionnées au I est égale au pourcentage du montant en principal de la pension fixé par le décret prévu au I.

          Le montant de cette indemnité est égal au montant fixé à la date de première mise en paiement pour les indemnités accordées à compter du 1er janvier 2009. Il est égal au montant mis en paiement au 31 décembre 2008 pour les indemnités accordées avant le 1er janvier 2009.

          L'indemnité temporaire n'est plus attribuée à de nouveaux bénéficiaires à compter du 1er janvier 2028.

          VI. ― Les services de la direction générale des finances publiques contrôlent l'attribution des indemnités temporaires.A ce titre, les demandeurs et les bénéficiaires, les administrations de l'Etat, les collectivités territoriales ainsi que les opérateurs de téléphonie fixe et de téléphonie mobile sont tenus de communiquer les renseignements, justifications ou éclaircissements nécessaires à la vérification des conditions d'octroi et de l'effectivité de la résidence.

          L'indemnité temporaire cesse d'être versée dès lors que la personne attributaire cesse de remplir les conditions d'effectivité de la résidence précisées par décret.

          En cas d'infraction volontaire aux règles d'attribution des indemnités temporaires, leur versement cesse et les intéressés perdent définitivement le bénéfice de l'indemnité visée.

          VII. ― L'indemnité temporaire est soumise, en matière de cumul, aux mêmes règles que les pensions auxquelles elle se rattache.

          VIII. ― Le Gouvernement dépose, dans un délai d'un an, un rapport présentant les perspectives d'instauration ou d'extension de dispositif de retraite complémentaire pour les fonctionnaires servant outre-mer.

        • I. - A modifié les dispositions suivantes :

          - CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI.
          Art. 1618 septies

          II. ― Le I entre en vigueur à compter du 1er janvier 2009.

        • A modifié les dispositions suivantes

          Loi n° 2006-888 du 19 juillet 2006 :

          Art. 14

        • [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par la décision du Conseil constitutionnel n° 2008-574 DC du 29 décembre 2008.]

        • Il est institué en 2008, au bénéfice de l'établissement public industriel et commercial OSEO, une contribution de 50 millions d'euros à la charge de l'Institut national de la propriété industrielle pour le financement de l'effort financier en faveur des petites et moyennes entreprises.

          Le versement de la contribution se fait en une fois, avant la fin de l'année 2008.

        • [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par la décision du Conseil constitutionnel n° 2008-574 DC du 29 décembre 2008.]

        • I. - A modifié les dispositions suivantes :

          - Loi
          Art. 71

          II. ― Le I entre en vigueur à compter du 1er janvier 2009.

    • (Art. 15 de la loi)

      Voies et moyens pour 2008 révisés

      I. ― BUDGET GÉNÉRAL

      (En milliers d'euros)

      NUMÉRO

      de ligne

      INTITULÉ DE LA RECETTE

      RÉVISION

      des évaluations

      pour 2009

      1. Recettes fiscales

      11. Impôt sur le revenu

      ― 300 000

      1101

      Impôt sur le revenu

      ― 300 000

      13. Impôt sur les sociétés et contribution sociale

      sur les bénéfices des sociétés

      ― 1 000 000

      1301

      Impôt sur les sociétés

      ― 1 000 000

      15. Taxe intérieure sur les produits pétroliers

      ― 305 807

      1501

      Taxe intérieure sur les produits pétroliers

      ― 305 807

      17. Enregistrement, timbre, autres contributions et taxes indirectes

      300 000

      1706

      Mutations à titre gratuit par décès

      300 000

      2. Recettes non fiscales

      23. Taxes, redevances et recettes assimilées

      ― 5 000

      2312

      Produit des amendes forfaitaires de la police de la circulation

      ― 5 000

      28. Divers

      ― 550 000

      2812

      Reversements de la Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur

      ― 550 000

      3. Prélèvements sur les recettes de l'Etat

      31. Prélèvements sur les recettes de l'Etat au profit des collectivités territoriales

      ― 509 256

      3101

      Prélèvement sur les recettes de l'Etat au titre de la dotation globale de fonctionnement

      ― 506 138

      3102

      Prélèvement sur les recettes de l'Etat du produit des amendes forfaitaires de la police de la circulation et des radars

      automatiques

      ― 4 878

      3104

      Dotation de compensation des pertes de bases de la taxe professionnelle et de redevance des mines des communes et

      de leurs groupements

      ― 388

      3105

      Prélèvement sur les recettes de l'Etat au titre de la dotation de compensation de la taxe professionnelle

      505

      3106

      Prélèvement sur les recettes de l'Etat au profit du Fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée

      ― 57

      3107

      Prélèvement sur les recettes de l'Etat au titre de la compensation d'exonérations relatives à la fiscalité locale

      180

      3109

      Prélèvement sur les recettes de l'Etat au profit de la collectivité territoriale de Corse et des départements de Corse

      ― 342

      3112

      Dotation départementale d'équipement des collèges

      1 596

      3113

      Dotation régionale d'équipement scolaire

      ― 88

      3114

      Compensation d'exonération au titre de la réduction de la fraction des recettes prises en compte dans les bases de

      taxe professionnelle des titulaires de bénéfices non commerciaux

      569

      3115

      Compensation d'exonération de la taxe foncière relative au non-bâti agricole (hors la Corse)

      ― 215

      4. Fonds de concours

      Evaluation des fonds de concours

      Récapitulation des recettes du budget général

      (En milliers d'euros)

      NUMÉRO

      de ligne

      INTITULÉ DE LA RECETTE

      RÉVISION

      des évaluations

      pour 2009

      1.Recettes fiscales― 1 305 807

      11

      Impôt sur le revenu

      ― 300 000

      13

      Impôt sur les sociétés et contribution sociale sur les bénéfices des sociétés

      ― 1 000 000

      15

      Taxe intérieure sur les produits pétroliers

      ― 305 807

      17

      Enregistrement, timbre, autres contributions et taxes indirectes

      300 000

      2. Recettes non fiscales

      ― 555 000

      23

      Taxes, redevances et recettes assimilées

      ― 5 000

      28

      Divers

      ― 550 000

      3. Prélèvements sur les recettes de l'Etat

      ― 509 256

      31

      Prélèvements sur les recettes de l'Etat au profit des collectivités territoriales

      ― 509 256

      Total des recettes, nettes des prélèvements (1 + 2 ― 3)

      ― 1 351 551

      4. Fonds de concours

      Evaluation des fonds de concours

      III. ― COMPTES D'AFFECTATION SPÉCIALE

      (En euros)

      NUMÉRO

      de ligne

      INTITULÉ DE LA RECETTE

      RÉVISION

      des évaluations

      pour 2009

      Pensions

      Section 3 : pensions militaires d'invalidité

      et des victimes de guerre et autres pensions

      ― 15 200 000

      89

      Financement des pensions d'Alsace-Lorraine : participation du budget général

      800 000

      91

      Financement des allocations de reconnaissance des anciens supplétifs : participation du budget général

      ― 16 000 000

      IV. ― COMPTES DE CONCOURS FINANCIERS

      (En euros)

      NUMÉRO

      de ligne

      INTITULÉ DE LA RECETTE

      RÉVISION

      des évaluations

      pour 2009

      Prêts à des Etats étrangers

      Section 2 : prêts à des Etats étrangers

      pour consolidation de dettes envers la France

      89 000 000

      02

      Remboursement de prêts du Trésor

      89 000 000

    • (Art. 16 de la loi)

      Répartition des crédits supplémentaires ouverts pour 2008, par mission et programme, au titre du budget général

      BUDGET GÉNÉRAL

      (En euros)

      INTITULÉS DE MISSION ET DE PROGRAMME

      AUTORISATIONS

      d'engagement

      supplémentaires

      accordées

      CRÉDITS

      de paiement

      supplémentaires

      ouverts

      Action extérieure de l'Etat

      49 196 025

      65 000 000

      Action de la France en Europe et dans le monde

      49 196 025

      65 000 000

      dont titre 2

      Administration générale et territoriale de l'Etat

      32 500 000

      28 741 232

      Conduite et pilotage des politiques de l'intérieur

      32 500 000

      28 741 232

      dont titre 2

      Agriculture, pêche, forêt et affaires rurales

      95 322 302

      95 322 302

      Valorisation des produits, orientation et régulation des marchés

      95 322 302

      95 322 302

      dont titre 2

      Culture

      41 300

      41 300

      Création

      41 300

      41 300

      dont titre 2

      Défense

      62 940 000

      5 940 000

      Préparation et emploi des forces

      57 000 000

      dont titre 2

      Soutien de la politique de la défense

      5 940 000

      5 940 000

      dont titre 2

      5 940 000

      5 940 000

      Développement et régulation économiques

      7 000 000

      Tourisme

      7 000 000

      dont titre 2

      Outre-mer

      215 000 000

      215 000 000

      Emploi outre-mer

      215 000 000

      215 000 000

      dont titre 2

      Régimes sociaux et de retraite

      106 200 000

      106 200 000

      Régimes sociaux et de retraite des transports terrestres

      106 200 000

      106 200 000

      dont titre 2

      Relations avec les collectivités territoriales

      20 398 905

      24 348 367

      Concours financiers aux départements

      10 161 945

      10 161 945

      dont titre 2

      Concours financiers aux régions

      dont titre 2

      Concours spécifiques et administration

      10 236 960

      14 186 422

      dont titre 2

      Remboursements et dégrèvements

      750 000 000

      750 000 000

      Remboursements et dégrèvements d'impôts d'Etat (crédits évaluatifs)

      750 000 000

      750 000 000

      dont titre 2

      Sécurité sanitaire

      16 600

      16 600

      Sécurité et qualité sanitaires de l'alimentation

      16 600

      16 600

      dont titre 2

      Solidarité, insertion et égalité des chances

      436 611 300

      436 611 300

      Prévention de l'exclusion et insertion des personnes vulnérables

      11 082 800

      11 082 800

      dont titre 2

      Actions en faveur des familles vulnérables

      42 028 500

      42 028 500

      dont titre 2

      Handicap et dépendance

      289 300 000

      289 300 000

      dont titre 2

      Protection maladie

      94 200 000

      94 200 000

      dont titre 2

      Sport, jeunesse et vie associative

      60 000

      60 000

      Sport

      60 000

      60 000

      Travail et emploi

      1 508 300

      8 300

      Accès et retour à l'emploi

      8 300

      8 300

      dont titre 2

      Amélioration de la qualité de l'emploi et des relations du travail

      1 500 000

      Ville et logement

      100 000 000

      100 000 000

      Aide à l'accès au logement

      100 000 000

      100 000 000

      Totaux

      1 869 794 732

      1 834 289 401

    • (Art. 17 de la loi)

      Répartition des crédits annulés pour 2008, par mission et programme, au titre du budget général

      BUDGET GÉNÉRAL

      (En euros)

      INTITULÉS DE MISSION ET DE PROGRAMME

      AUTORISATIONS

      d'engagement

      annulées

      CRÉDITS

      de paiement

      annulés

      Action extérieure de l'Etat

      2 664 431

      4 896 774

      Rayonnement culturel et scientifique

      2 664 431

      4 896 774

      Administration générale et territoriale de l'Etat

      121 966 833

      16 686 871

      Administration territoriale

      116 781 696

      10 000 000

      dont titre 2

      10 000 000

      10 000 000

      Administration territoriale : expérimentations Chorus

      1 016 955

      979 750

      dont titre 2

      500 000

      500 000

      Vie politique, cultuelle et associative

      2 717 443

      4 256 382

      dont titre 2

      2 256 382

      2 256 382

      Conduite et pilotage des politiques de l'intérieur

      1 450 739

      1 450 739

      dont titre 2

      1 450 739

      1 450 739

      Agriculture, pêche, forêt et affaires rurales

      51 090 757

      66 638 372

      Gestion durable de l'agriculture, de la pêche et développement rural

      35 476 983

      51 024 598

      Forêt

      3 000 000

      3 000 000

      Conduite et pilotage des politiques de l'agriculture

      12 613 774

      12 613 774

      dont titre 2

      12 515 847

      12 515 847

      Aide publique au développement

      18 500 000

      Aide économique et financière au développement

      14 000 000

      Codéveloppement

      4 500 000

      Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation

      500 000

      500 000

      Indemnisation des victimes des persécutions antisémites et des actes de barbarie pendant la Seconde Guerre mondiale

      500 000

      500 000

      dont titre 2

      500 000

      500 000

      Conseil et contrôle de l'Etat

      5 849 471

      5 849 471

      Conseil d'Etat et autres juridictions administratives

      600 000

      600 000

      dont titre 2

      600 000

      600 000

      Cour des comptes et autres juridictions financières

      5 249 471

      5 249 471

      dont titre 2

      4 500 000

      4 500 000

      Culture

      8 028 983

      14 681 535

      Transmission des savoirs et démocratisation de la culture

      8 028983

      14 681 535

      Défense

      2 127 264 315

      360 000 000

      Soutien de la politique de la défense

      151 000 000

      Equipement des forces

      1 976 264 315

      360 000 000

      Développement et régulation économiques

      6 000 000

      6 000 000

      Régulation économique

      6 000 000

      6 000 000

      dont titre 2

      6 000 000

      6 000 000

      Ecologie, développement et aménagement durables

      316 719 124

      115 196 926

      Transports terrestres et maritimes

      244 519 124

      42 996 926

      Passifs financiers ferroviaires

      43 800 000

      43 800 000

      Conduite et pilotage des politiques de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables

      28 400 000

      28 400 000

      dont titre 2

      28 400 000

      28 400 000

      Enseignement scolaire

      20 434 595

      23 431 754

      Enseignement scolaire public du premier degré

      2 000 000

      2 150 945

      Enseignement scolaire public du second degré

      2 000 000

      3 697 627

      Vie de l'élève

      12 467 091

      13 616 899

      Enseignement privé du premier et du second degrés

      993 683

      3 566 283

      Soutien de la politique de l'éducation nationale

      2 573 821

      Enseignement technique agricole

      400 000

      400 000

      dont titre 2

      400 000

      400 000

      Gestion des finances publiques et des ressources humaines

      77 355 980

      50 005 361

      Gestion fiscale et financière de l'Etat et du secteur public local

      65 104 000

      19 000 000

      dont titre 2

      19 000 000

      19 000 000

      Stratégie des finances publiques et modernisation de l'Etat

      2 210 000

      2 210 000

      dont titre 2

      2 210 000

      2 210 000

      Facilitation et sécurisation des échanges

      3 184 864

      16 779 776

      Fonction publique

      5 857 116

      11 015 585

      dont titre 2

      600 000

      600 000

      Conduite et pilotage des politiques économique et financière

      1 000 000

      1 000 000

      dont titre 2

      1 000 000

      1 000 000

      Immigration, asile et intégration

      484 259

      484 259

      Intégration et accès à la nationalité française

      484 259

      484 259

      Justice

      45 019 856

      65 703 684

      Justice judiciaire

      40 121 680

      50 189 561

      dont titre 2

      9 301 897

      9 301 897

      Administration pénitentiaire

      46 128

      11 753 518

      Protection judiciaire de la jeunesse

      3 546 762

      3 546 762

      dont titre 2

      3 546 762

      3 546 762

      Accès au droit et à la justice

      1 091 443

      Conduite et pilotage de la politique de la justice et organismes rattachés

      213 843

      213 843

      dont titre 2

      213 843

      213 843

      Outre-mer

      8 044 099

      6 044 099

      Conditions de vie outre-mer

      8 044 099

      6 044 099

      Pilotage de l'économie française

      2 000 000

      2 000 000

      Statistiques et études économiques

      1 500 000

      1 500 000

      dont titre 2

      1 500 000

      1 500 000

      Politique économique et de l'emploi

      500 000

      500 000

      dont titre 2

      500 000

      500 000

      Politique des territoires

      47 580

      47 580

      Impulsion et coordination de la politique d'aménagement du territoire

      47 580

      47 580

      dont titre 2

      47 580

      47 580

      Provisions

      52 000 000

      52 000 000

      Provision relative aux rémunérations publiques

      dont titre 2

      Dépenses accidentelles et imprévisibles

      52 000 000

      52 000 000

      Recherche et enseignement supérieur

      173 145 000

      57 900 000

      Vie étudiante

      30 000 000

      30 000 000

      Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires

      92 787 000

      Recherche dans le domaine de la gestion des milieux et des ressources

      21 208 000

      Recherche dans le domaine des risques et des pollutions

      1 250 000

      Recherche dans le domaine de l'énergie

      27 300 000

      27 300 000

      Enseignement supérieur et recherche agricoles

      600 000

      600 000

      dont titre 2

      600 000

      600 000

      Régimes sociaux et de retraite

      2 000 000

      2 000 000

      Régime de retraite des mines, de la SEITA et divers

      2 000 000

      2 000 000

      Relations avec les collectivités territoriales

      249 580

      249 580

      Concours financiers aux communes et groupements de communes

      186 539

      186 539

      Concours financiers aux régions

      63 041

      63 041

      Santé

      534 355

      1 116 757

      Drogue et toxicomanie

      534 355

      1 116 757

      Sécurité

      20 998 694

      20 998 694

      Police nationale

      20 998 694

      20 998 694

      dont titre 2

      16 738 694

      16 738 694

      Sécurité civile

      307 290 000

      8 190 743

      Intervention des services opérationnels

      307 290 000

      8 190 743

      Sécurité sanitaire

      11 959 818

      700 000

      Veille et sécurité sanitaires

      11 259 818

      Sécurité et qualité sanitaire de l'alimentation

      700 000

      700 000

      dont titre 2

      700 000

      700 000

      Solidarité, insertion et égalité des chances

      7 903 883

      7 849 223

      Lutte contre la pauvreté : expérimentations

      1 800 000

      3 730 463

      Egalité entre les hommes et les femmes

      665 555

      780 432

      dont titre 2

      48 186

      48 186

      Conduite et soutien des politiques sanitaires et sociales

      5 438 328

      3 338 328

      dont titre 2

      3 338 328

      3 338 328

      Sport, jeunesse et vie associative

      2 570 731

      3 242 669

      Conduite et pilotage de la politique du sport, de la jeunesse et de la vie associative

      2 570 731

      3 242 669

      Travail et emploi

      20 500 000

      Conception, gestion et évaluation des politiques de l'emploi et du travail

      20 500 000

      Ville et logement

      11 356 436

      120 807 778

      Rénovation urbaine

      120 032 520

      Equité sociale et territoriale et soutien

      9 980 955

      Développement et amélioration de l'offre de logement

      1 375 481

      775 258

      dont titre 2

      775 258

      775 258

      Totaux

      3 422 478 780

      1 013 222 130

    • (Art. 18 de la loi)

      Répartition des crédits supplémentaires ouverts pour 2008

      par mission et programme au titre des comptes spéciaux dotés de crédits

      COMPTES D'AFFECTATION SPÉCIALE

      (En euros)

      INTITULÉS DE MISSION ET DE PROGRAMME

      AUTORISATIONS

      d'engagement

      supplémentaires

      accordées

      CRÉDITS

      de paiement

      supplémentaires

      ouverts

      Participations financières de l'Etat

      1 050 000 000

      1 050 000 000

      Opérations en capital intéressant les participations financières de l'Etat

      1 050 000 000

      1 050 000 000

      Pensions

      800 000

      800 000

      Pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre et autres pensions

      800 000

      800 000

      dont titre 2

      800 000

      800 000

      Totaux

      1 050 800 000

      1 050 800 000

    • (Art. 19 de la loi)

      Répartition des crédits annulés pour 2008, par mission et programme,

      au titre des comptes spéciaux dotés de crédits

      COMPTES D'AFFECTATION SPÉCIALE

      (En euros)

      INTITULÉS DE MISSION ET DE PROGRAMME

      AUTORISATIONS

      d'engagement

      annulées

      CRÉDITS

      de paiement

      annulés

      Participations financières de l'Etat

      1 050 000 000

      1 050 000 000

      Désendettement de l'Etat et d'établissements publics de l'Etat

      1 050 000 000

      1 050 000 000

      Pensions

      16 000 000

      16 000 000

      Pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre et autres pensions

      16 000 000

      16 000 000

      Totaux

      1 066 000 000

      1 066 000 000

      COMPTES DE CONCOURS FINANCIERS

      (En euros)

      INTITULÉS DE MISSION ET DE PROGRAMME

      AUTORISATIONS

      d'engagement

      annulées

      CRÉDITS

      de paiement

      annulés

      Prêts à des Etats étrangers

      118 000 000

      118 000 000

      Prêts à des Etats étrangers pour consolidation de dettes envers la France

      118 000 000

      118 000 000

      Totaux

      118 000 000

      118 000 000

    • (Art. 20 de la loi)

      Répartition de l'autorisation de découvert supplémentaire

      accordée pour 2008 au titre des comptes de commerce

      COMPTES DE COMMERCE

      (En euros)

      NUMÉRO

      du compte

      INTITULÉ DU COMPTE

      DÉCOUVERT

      supplémentaire autorisé

      901

      Approvisionnement des armées en produits pétroliers

      50 000 000

      Total

      50 000 000

Nicolas Sarkozy

Par le Président de la République :

Le Premier ministre,

François Fillon

La ministre de l'économie,

de l'industrie et de l'emploi,

Christine Lagarde

Le ministre du budget, des comptes publics

et de la fonction publique,

Eric Woerth

__________

(1) Loi n° 2008-1443.

― Travaux préparatoires :

Assemblée nationale :

Projet de loi n° 1266 ;

Rapport de M. Gilles Carrez, rapporteur général, au nom de la commission des finances, n° 1297 ;

Avis de M. Jacques Lamblin, au nom de la commission de la défense, n° 1290 ;

Discussion les 9 à 11 décembre 2008 et adoption le 11 décembre 2008 (TA n° 215).

Sénat :

Projet de loi, adopté par l'Assemblée nationale, n° 134 (2008-2009) ;

Rapport de M. Philippe Marini, rapporteur général, au nom de la commission des finances, n° 135 (2008-2009) ;

Avis de M. Alain Vasselle, au nom de la commission des affaires sociales, n° 140 (2008-2009) ;

Avis de Mme Catherine Morin-Desailly et M. Michel Thiollière, au nom de la commission des affaires culturelles, n° 141 (2008-2009) ;

Discussion les 18 et 19 décembre 2008 et adoption le 19 décembre 2008 (TA n° 36).

Assemblée nationale :

Projet de loi n° 1362 ;

Rapport de M. Gilles Carrez, rapporteur général, au nom de la commission mixte paritaire, n° 1363 ;

Discussion et adoption le 22 décembre 2008 (TA n° 224).

Sénat :

Rapport de M. Philippe Marini, rapporteur général, au nom de la commission mixte paritaire, n° 149 (2008-2009) ;

Discussion et adoption le 22 décembre 2008 (TA n° 37).

― Conseil constitutionnel :

Décision n° 2008-574 DC du 29 décembre 2008 publiée au Journal officiel de ce jour.

Retourner en haut de la page